VOUS SEREZ MES TÉMOINS !


Vol. 27, no 4, mai 2003

AU SOMMAIRE DE CE NUMÉRO :

"Avancer au large..." :
Monique Anctil, r.s. r., responsable diocésaine
Avancer en eau profonde, un acte de foi :
Paul-Émile Vignola, ptre, répondant diocésain
Planification 2003-2004
Le secret de la louange
Écho des groupes
Informations

Vous pouvez lire l'ensemble des articles publiés dans ce numéro
en vous procurant la version imprimée de « Vous serez mes témoins ! ».

Avancer au large

Au moment où paraît ce dernier numéro de notre revue diocésaine " Vous serez mes témoins! " de 2002-2003, une année pastorale s'achève. Les nombreuses sessions de formation et de ressourcement, les Séminaires de la vie nouvelle dans l'Esprit et de croissance, les eucharisties de guérison… auxquels nous avons participé, nous ont permis " d'avancer au large " dans notre pèlerinage de foi, poussés par le vent de l'Esprit Saint. Les différents groupes, assumant des ministères spécifiques : le chœur Réjouis-toi!, les cellules d'intercession Les Veilleurs, l'équipe d'accompagnement du vendredi à la cathédrale, ont poursuivi, avec une foi confiante, leur mission au sein du renouveau charismatique dans l'Église.

C'est sous ce même souffle de l'Esprit Saint que, semaine après semaine, nous nous sommes rassemblés en communautés de foi pour puiser abondamment aux sources vives de la Parole de Dieu, une Parole qui, peu à peu, nous transforme et nous libère pour nous aider à vivre en fils et filles bien-aimés du Père. Nous souhaitons que, de plus en plus, la Parole de Dieu devienne la source essentielle de formation, d'inspiration et de contemplation dans notre vie personnelle et dans notre communauté de foi.

L'Esprit de feu, reçu au baptême et à la confirmation, a été réveillé en nous au moment de l'Effusion de l'Esprit. Cette grâce de Pentecôte, offerte à toute l'Église, tout en nous investissant d'une force nouvelle, nous entraîne sur le chemin de l'évangélisation. Le Renouveau charismatique contient un élan missionnaire qui nous pousse à annoncer le message de Jésus dans la puissance de l'Esprit Saint, en union avec toute l'Église. Au cours de cette année, nous avons été interpellés à répondre à l'invitation de Jean-Paul II à développer dans notre milieu une culture de la Pentecôte. Si nous livrons notre être au Souffle de l'Esprit Saint et si nous le laissons inspirer nos paroles et nos activités, nous répondrons à ce souhait.

Je reconnais le dévouement et la générosité des responsables et membres des comités de soutien, des animateurs et animatrices des groupes qui assument leurs responsabilités avec une foi confiante, se rappelant sans cesse cette parole du Seigneur à saint Paul : "Ma grâce te suffit : car ma puissance se déploie dans la faiblesse. " (2Co 12, 9) En véritables bergers et bergères, vous veillez sur le troupeau qui vous est confié, cherchant à le conduire vers les frais pâturage de la Parole de Dieu, vers les eaux vives de l'Esprit Saint pour qu'il chemine toujours plus et mieux sur les voies de l'amour.

Je m'émerveille de la fidélité de tant d'hommes et de femmes qui, de façon régulière, participent à leur rencontre hebdo-madaire. Chacun et chacune se reconnaît comme cette pierre unique et essentielle à la construction de la communauté de foi que nous formons en mettant à contribution ses dons et charismes au service les uns des autres. C'est ainsi que se crée la communion si nécessaire à la vie et à la croissance d'un groupe. À l'occasion de la 10ième Conférence de la Fraternité catholique des Communautés et Confréries charismatiques de l'Alliance, tenue à Rome en 2002, Jean-Paul II encourageait les participants et participantes " à faire de nos communautés des signes vivants d'espérance, des phares de la Bonne Nouvelle de Dieu pour les hommes et les femmes de ce temps. " Il invitait à répondre de notre espérance avec la puissance de l'Esprit Saint, mais avec douceur et respect. C'est ainsi que, dans l'acceptation des différences et du cheminement de foi de chacun, nous accueillons toutes personnes qui se présentent à nos assemblées, devenant auprès d'elles de véritables témoins de l'amour du Christ et des signes vivants de l'espérance qui nous habite.

Les groupes qui, au cours de cette année, ont connu des difficultés et des souffrances, au nom du Seigneur je vous adresse ces paroles de consolation : " Allez, soyez sans crainte, avancez au large. Si les vagues de la mer ont ralenti votre course ou ont semblé, à certains moments, vous submerger, reprenez confiance, avancez au large sans crainte. C'est moi qui vous conduis. Bientôt le calme reviendra et vous serez dans la joie et l'allégresse. " Mais, pour " avancer en eau profonde ", il faut nous libérer de nos peurs qui trop souvent nous retiennent captifs du rivage; il faut abandonner certains bagages trop lourds qui rendraient la traversée périlleuse; il faut faire confiance à celui qui dirige la barque même si les vents nous semblent contraires.

Après trente ans d'existence du renouveau charismatique dans notre diocèse, comment ne pas rendre grâce au Seigneur pour sa fidélité manifestée à travers nos pauvretés et nos faiblesses ? Comment ne pas exulter de joie et d'allégresse lorsque s'ouvrent les yeux de notre cœur pour reconnaître son action merveilleuse dans nos vies personnelles et dans la vie de nos communautés charismatiques ?

" Que tes œuvres sont belles,
que tes œuvres sont grandes,
Seigneur, tu nous combles de joie ! "

Pour que la grâce de Pentecôte qui nous a touchés atteigne sa pleine maturité, il est important de nous livrer à l'Esprit saint, de demeurer fidèles aux grandes carac-téristiques du Renouveau, de donner une large place à la louange, à la Parole de Dieu et à l'exercice des charismes. Il nous faut également demeurer solides dans notre désir de répondre à l'appel à la sainteté par une vie toute livrée à l'amour du Seigneur et à nos sœurs et frères.

Par la bouche de notre grand frère Paul, je vous adresse ce souhait : Que Celui qui a commencé en vous une œuvre excellente en poursuive l'accomplissement jusqu'au Jour du Christ Jésus. " (Ph 1, 6)

Heureuse et bonne saison estivale !

MONIQUE ANCTIL, r.s.r.
Responsable diocésaine

Avancer en eau profonde, un acte de foi

Entre les paroles et l'agir, il subsiste toujours une marge. J'en ai pris conscience lorsqu'on m'a appris, en fin de mars, que j'étais atteint d'un cancer, que je devrais subir une intervention chirurgicale et recevoir ensuite des traitements… Combien de malades, dont un bon nombre luttaient contre le cancer, n'avais-je pas visités, encouragés, accompagnés ? Je m'étais déjà dit : " Toi, tu t'en vas au milieu d'eux, mais cela ne t'affecte pas ! Serais-tu au-dessus de tout cela ? " Là, j'étais touché, atteint de plein fouet ! Sur le coup, tout bascule; on pense que tout vient de finir, ou du moins que la fin vient de commencer… Et puis, la vie vous rattrape avec l'amitié, les messages de sympathie, la Parole de Dieu et la foi. Il y a un combat à livrer et je découvre que je suis loin d'être seul pour le mener à bien : les membres des groupes du Renouveau dans l'Esprit, les fidèles du secteur du Pic Champlain, les Soeurs du Saint-Rosaire et les Servantes de Jésus-Marie m'assurent du soutien de leurs prières ferventes.

La Parole de Dieu s'avère d'un grand secours quand on se trouve en pareille situation-limite. Les textes de la liturgie du Carême et de Pâques me parlaient fort et me permirent de retrouver mon espérance. Il s'opère alors en soi une réévaluation complète de ce qui compte dans l'existence. Il m'est arrivé à quelques reprises, dans l'Office divin et dans la liturgie de la messe, d'accueillir certains versets du psaume 117 comme une pluie chaude du printemps :

" Ma force et mon chant, c'est le Seigneur;
il est pour moi le salut… "

" Le bras du Seigneur est fort,
le bras du Seigneur se lève,
le bras du Seigneur est fort "

" Non, je ne mourrai pas, je vivrai
pour annoncer les actions du Seigneur :

Il m'a frappé, le Seigneur, il m'a frappé,
mais sans me livrer à la mort. "

Si le Seigneur permet que je traverse cette épreuve, c'est pour que je puisse témoigner avec plus de force et d'énergie que le Salut se trouve de son côté et seulement auprès de lui. Trop de gens autour de nous vont à la dérive comme des bouchons de liège entraînés par les flots d'une rivière en crue. Il y a une situation d'urgence à laquelle nous ne pouvons plus demeurer indifférents. Ce n'est pas pour rien que Jésus est venu chez nous, qu'il a donné sa vie et qu'il nous a mérité le Salut. Il faut que cela se sache, que nos gens se réveillent, qu'ils cessent de rouler casse-cou! Voilà le genre de réflexions que m'inspire ma situation de santé : je reçois des traitements de chimiothérapie avant de me soumettre à ceux de la radiothérapie. Mais la prière du psalmiste m'a ancré dans la conviction que, par-delà cette rude épreuve, m'attend une nouvelle mission à laquelle je ne veux pas me dérober.

Miser sur un avenir incertain s'apparente à sauter dans le vide. Le parachutiste qui le fait se fie à la qualité de son équipement. L'étudiant qui choisit une spécialité s'appuie sur la bonne réputation de l'université où il s'inscrit. Le croyant, quant à lui, s'en remet à une Parole qui lui vient d'ailleurs, de ce Dieu qui s'est révélé dans le buisson ardent et dont saint Jean nous apprend qu'il est Amour; ce Dieu a touché son coeur; il l'a séduit et lui a ravi une part de sa liberté. Le Cantique des Cantiques décrit la relation à ce Dieu avec les mots et les images qui expriment les rapports de la fiancée à son promis. Face à Lui, ma liberté n'est pas perdue, elle est investie; et j'ai la conviction qu'il ne se trouve pas de meilleur placement sur le marché…

" Le Seigneur est ma lumière et mon salut;
de qui aurais-je crainte?
Le Seigneur est le rempart de ma vie;
devant qui tremblerais-je? " (Ps 26,1)

Quand je pense que Jésus a pu prier ce psaume alors qu'il était assailli par les ruses et traquenards de ses ennemis, que Marie a pu se le répéter en route vers la maison d'Élisabeth, ces paroles inspirées me disent que je ne suis pas laissé à mes seules forces dans l'épreuve; elles me portent et nourrissent ma foi; foi en la vie et foi au Salut qui a nom " santé retrouvée " pour reprendre le service du Royaume.

" Je t'exalterai, mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais! "
(Ps 144)

Les bontés et la fidélité du Seigneur nous incitent à lui rendre grâce même dans la maladie et les misères, car il ne demeure indifférent à rien de ce qui nous arrive. Non seulement il peut agir directement pour corriger la situation, mais il suscite des gens, ses " anges ", qui nous entourent, nous encouragent, nous prodiguent des soins et nous manifestent affection, tendresse et sollicitude. N'est-ce pas ce qu'on appelle " le sacrement du frère " ? J'en fais maintenant l'heureuse expérience. A tous ceux et celles qui m'ont écrit, m'ont appelé ou m'ont visité pour m'assurer de leur prière et me souhaiter un prompt retour à la santé, je tiens à dire ma gratitude. Je les présente toutes et tous au Seigneur qui leur rendra au centuple tout le bien qu'ils me font. L'amour divin répandu en nos coeurs fait de nous la plus belle des familles.

Paul-Émile Vignola, prêtre.
Répondant diocésain.



INDEX de « VOUS SEREZ MES TÉMOINS ! »
RENOUVEAU | RECHERCHER | INDEX | ACCUEIL

© 2005-2007 , Diocèse de Rimouski. Tous droits réservés.