VOUS SEREZ MES TÉMOINS !


Vol. 27, no 2, décembre 2002

AU SOMMAIRE DE CE NUMÉRO :

Voeux de Noël
Avance !... au coeur du silence, tu entendras la Parole !
Monique Anctil, r.s. r., responsable diocésaine
Marcher vers l'Étoile :
Paul-Émile Vignola, ptre, répondant diocésain
Planification 2003-2004
Écho des groupes
Informations
Viens Esprit Saint ! Viens !
( Jean-Paul II )
C'est le moment
( Kim Catherine-Marie Kollins )
Prière avec imposition des mains
( Jacques Corriveau )
Si tu le demandes, je jetterai les filets
( P. Michael Slavik )

Vous pouvez lire l'ensemble des articles publiés dans ce numéro
en vous procurant la version imprimée de « Vous serez mes témoins ! ».

Voeux de Noël


À toutes les lectrices et tous les lecteurs
de " Vous serez mes témoins ",

Joyeux Noël et Sainte Année !

Dans un monde en recherche...
une Parole d'espérance !

Les temps que nous vivons sont des temps
enveloppés de ténèbres parfois très épaisses,
et en même temps, nourris d'une grande espérance !

" Le peuple qui marchait dans les ténèbres
a vu se lever une grande lumière " (Is 9, 1)
Nous portons en nous cette joyeuse espérance :
Au cœur même de la nuit de notre monde,
la Parole est descendue des Cieux et a retenti jusqu'à nous !

Cette Parole d'espérance a été chantée par les anges en la Nuit très sainte :
" Gloire à Dieu au plus haut des Cieux et paix sur terre aux hommes qu'il aime;
Un Sauveur nous est né ! "

Encore aujourd'hui, cette " Parole,
elle est là bien vivante près de toi, dans ton cœur et dans ta bouche,
pour que tu vives de sa présence et que tu la proclames bien haut !

Que l'Esprit Saint, qui a couvert de son ombre la Vierge Marie
afin qu'elle enfante la Parole,
nous couvre de sa puissance pour que nous portions à nos frères et soeurs
la Parole de vie qui nous habite !

Les membres du comité diocésain,

Pierrette, Noëlla, Loyola, Monique, Paul-Émile,
Ghislaine, Margot, Almosa, Rodrigue, Adrienne,
Thérèse, Robert, Jacqueline, Wilfrid, Rachel, Jean-Yves,
Alice, Olivette, Charles-Émile, Aline et Marcel.

Avance !... au coeur du silence, tu entendras la Parole !

Depuis toujours, la nuit est chargée de peurs et d'angoisses. Les enfants ont peur de la nuit car ils se sentent abandonnés; les adultes ont peur de la nuit car ils redoutent la solitude. Aujourd'hui, simplement en pressant un bouton, nous avons le pouvoir de transformer la nuit en jour. Sans trop d'efforts, la lumière fait place aux ténèbres et dissipe les peurs et les angoisses. Pour saint Paul, la nuit est le symbole de l'absence de Dieu, quand il affirme : " Dans le Christ, vous n'êtes pas dans les ténèbres : tous vous êtes des enfants de la lumière, des enfants du jour. Nous ne sommes pas de la nuit, des ténèbres. " (1 Th 5, 5) C'est au coeur de la nuit de ce monde que le Christ est venu afin de dissiper toutes ténèbres.

Encore aujourd'hui, nous nous rappelons cet événement de grâce en parlant de la Sainte nuit, car Jésus, la Lumière véritable, a transformé à jamais toutes nos obscurités en lumière. Au Livre de la Sagesse nous lisons : " Alors qu'un silence paisible enveloppait toutes choses, et que la nuit parvenait au milieu de sa course rapide, du haut des cieux, la Parole toute-puissante s'élança du trône royal " (18, 14-15), " et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous. " (Jn 1, 14)

Le silence, comme la nuit, fait peur à bon nombre de personnes et pourtant, en ce temps de l'Avent, nous sommes invités à faire silence. Plusieurs vivent cette période plutôt comme celle de l'agitation et du bruit : on s'active de plus en plus tôt à faire les décorations, on se presse dans les magasins pour faire les achats de Noël, on s'agite à préparer ou à participer à différents parties… Le désir de faire plaisir, la fraternité, le sens de la fête qui entourent ce temps de préparation à Noël ne sont pas négligeables. Cependant, le silence est nécessaire afin de saisir, dans toute sa richesse et sa beauté, le mystère de la fête de la Nativité de notre Sauveur. Sans le silence, nous ne pourrons percevoir sa venue, nous ne pourrons l'entendre frapper à la porte de notre coeur car la voix de Dieu ne s'entend que dans le silence : " Voici, je me tiens à la porte et je frappe; si quelqu'un entend ma voix et ouvre la porte, j'entrerai chez lui pour souper, moi près de lui et lui près de moi. " (Ap 3, 20)

Il est très significatif que, du sein même de l'agitation soulevée par la décision solennelle et despotique de l'empereur César Auguste, Dieu se fraie un chemin jusqu'à nous. C'est dans un endroit à l'écart, dans un abri de fortune, une froide grotte, lieu de silence, de recueillement et de contemplation, où l'on accède après un long cheminement, qu'Il vient à nous en Jésus, le Verbe fait chair. En soulignant le lieu choisi par Dieu, la crèche et non pas le brouhaha de l'hôtellerie, saint Luc nous invite à reconnaître que cette heureuse rencontre avec le Christ implique une conversion. Ce n'est pas dans l'agitation de nos vies que nous découvrirons Dieu et que nous accueillerons le salut qui nous est offert en Jésus. C'est au coeur de la nuit, dans le silence, que Dieu s'est révélé à nous en son Verbe, sa Parole. C'est aussi dans le silence que la parole de l'ange se fait entendre aux bergers et que les mages se mettent en route, fidèles à l'étoile qui les guide. Aussi, Dieu ne peut naître en nous que dans le silence. Le silence est la condition requise, voire indispensable pour percevoir sa présence en nous et entendre sa voix retentir au plus intime de notre coeur.

Voulons-nous revivre chaque jour Noël ? Voulons-nous renouveler en nous la grâce de la rencontre avec le Christ Sauveur ? Voulons-nous entendre la Parole se dire à notre coeur ? Il nous faut pour cela, habiller notre coeur de silence, avancer sur les voies de la contemplation pour nous mettre à l'écoute de Celui qui habite la crèche de notre coeur. Par la prière, nous pouvons nous retirer dans notre grotte intérieure, là où nous sommes chez nous parce que le Christ lui-même y a établi sa demeure.

Les grandes oeuvres de Dieu s'accomplissent dans le silence. Seuls, ceux et celles qui voient de l'intérieur, qui font silence et vivent de la présence du " Verbe silencieux ", comme Marie qui retenait et méditait ces événements en son coeur, en sont témoins. Marie se met à l'écoute de la parole et sa chair alors peut devenir le berceau de l'éternelle parole. En Marie, toute créature est appelée à devenir Temple du Verbe, berceau de la Parole. Dieu veut naître en nous parce qu'il nous aime et sa présence aimante transforme nos ténèbres et nos obscurités en lumière.

Dans le silence, la Parole vient jusqu'à nous et voici que les Cieux retentissent de chants d'allégresse; les anges entonnent un chant de joie : " Gloire à Dieu au plus haut des cieux "et une hymne de paix : Paix sur terre aux hommes qu'il aime ". Voilà la Bonne Nouvelle qui fait éclater en joie les Cieux : Dieu nous aime au point de se rapprocher de nous, au point de venir habiter au milieu de nous en Jésus son Verbe, expression même de Dieu, " image du Dieu invisible " (Col 1, 15), " resplendissement de la gloire de Dieu " (He 1, 3). Ce Verbe " est la vie et la lumière qui illumine tout être humain " (Jn 1, 9) afin que toutes et tous aient la Vie et la vie en abondance. C'est de cette BONNE NOUVELLE qu'il nous faut être témoins !

Ensemble, avançons au large dans cette grande aventure spirituelle où, dans le silence, nous laisserons la Parole s'incarner en notre coeur afin de devenir porteuses et porteurs de la Parole.

MONIQUE ANCTIL, r.s.r.
Responsable diocésaine

Marcher vers l'Étoile

En ce temps de Noël, nous sommes appelés à sortir de notre confort, de notre routine et de notre sécurité pour aller vers Jésus, Lumière du monde. Comme les Mages ont quitté leur pays, leurs familles et leurs amis pour s'aventurer dans un pays étranger, marchant sans savoir s'ils étaient près ou encore loin du terme de leur périple, s'informant au hasard des rencontres auprès de gens aussi peu recommandables qu'Hérode, nous sommes invités à quitter nos habitudes et prendre le large, à nous avancer en eau profonde.

Partir

Partir ne consiste pas toujours à un changement de lieu. Ne dit-on pas que le voyage le plus long est celui qui nous fait descendre de la tête au cœur ? Il s'agit là d'une conversion. Ainsi, pour les Hébreux, l'aventure de l'Exode représente bien plus que le voyage de l'Égypte vers la Palestine, deux pays voisins; elle revenait à passer de l'état d'esclavage à celui de la liberté, ce qui implique un changement radical de mentalité et suppose une longue éducation.

La marche vers un but lointain, migration ou pèlerinage, laisse beaucoup de temps libre à l'esprit. Il y a bien des paysages à contempler, des jalons à repérer sur l'itinéraire prévu et des zones périlleuses à contourner, mais il reste beaucoup de loisir pour jongler, méditer et prier. On en vient éventuellement à évaluer ses façons de faire et de penser, à les comparer avec celles des gens rencontrés en route, à réévaluer enfin ses valeurs. Au terme de la pérégrination, l'individu a évolué, s'est départi de ce qui était inutile ou superflu et s'est enrichi du fruit de ses rencontres et de sa réflexion.

Partir implique toujours un saut dans l'inconnu. Nul ne sait ce qui l'attend sur la route en fait de dangers ou d'heureuses surprises. Comme Abraham et à l'exemple des Mages, on doit s'en remettre à sa bonne étoile et à celui qui a rempli la voûte céleste d'astres lumineux. " Regardez les oiseaux du ciel : ils ne sèment ni ne moissonnent ni ne recueillent en des greniers, et votre Père céleste les nourrit ! Ne valez-vous pas plus qu'eux ? ", (Mt 6,26) nous dira Jésus.

Suivre l'étoile

Les Mages ont suivi le chemin que leur indiquait l'astre apparu au firmament. Sans se demander si ce valait la peine, s'ils ne feraient pas mieux d'attendre jusqu'à plus amples informations, ils se mettent en marche pour présenter leurs hommages au " roi des Juifs qui vient de naître " (Mt 2,2). Ils parviennent à Jérusalem et, sans l'avoir voulu, jettent le trouble à la cour d'Hérode et dans les cercles du pouvoir. Alors qu'il ne parle pas encore et qu'il dépend totalement des soins de Marie et de Joseph, Jésus dérange et inquiète ceux qui ont édifié leur puissance et mènent leur affaire en dehors des voies du Seigneur.

Le Pères de l'Église ont associé Jésus à l'étoile du matin. La seconde Lettre de saint Pierre voit en Jésus " l'astre du matin " (2 Pi 1,19) qui se lèvera dans nos coeurs quand viendra le jour du Seigneur. Le prologue de l'Évangile de saint Jean qu'on proclame à " la messe du jour " de Noël nous présente ainsi le héros de la fête : " Le Verbe était la lumière véritable, qui éclaire tout homme; il venait dans le monde " (Jn 1,9). Saint Jérôme présente Jésus comme l'Étoile du matin " parce que, venu d'en haut, il nous a apporté la lumière, à nous qui étions plongés dans les ténèbres et l'ombre de la mort ". Dans son entretien nocturne avec Nicodème, Jésus décrit bien le drame de sa mission : " La lumière est venue dans le monde et les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière, car leurs oeuvres étaient mauvaises " (Jn 3,19).

Nous le savons, la mission de Jésus ne se ramène pas à un échec : " Mais à tous ceux qui l'ont accueilli, à ceux qui croient en son nom, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu " (Jn 1,12). Les Mages furent les premiers à marcher vers la lumière du Christ; ils furent l'avant-garde d'une large cohorte de croyants qui, déçus de l'ombre et las de ramper dans les ténèbres, aspiraient à évoluer dans la clarté, cohorte toujours minoritaire au sein de la masse de l'humanité mais porteuse d'une espérance capable de soulever la foule des accablés et des démunis.

Devenir lumière

Un poète a su traduire bellement ce qu'est pour nous le Christ en tant qu'Étoile du matin :

Étoile du matin dans la nuit obscure,
Toi qui combles de joie le monde,
Jésus, mon ami, viens, entre
Et luis dans le secret de mon coeur.

Habités par le Christ, unis à lui comme le sarment au cep ou la branche au tronc de l'arbre, nous sommes enfants de lumière selon saint Paul, nous devenons avec Jésus lumière du monde. N'allons pas nous cacher sous le boisseau, nous terrer dans les sous-sols ou les sacristies ! Notre monde a soif de spiritualité; nos voisins se débattent dans les ténèbres et cherchent de la lumière. Partageons avec eux ce trésor. Le Pape Jean-Paul II nous y invitait dernièrement à l'occasion de la XVIIe Journée mondiale de la jeunesse : " La rencontre personnelle avec le Christ éclaire d'une lumière nouvelle notre vie, nous met sur le droit chemin et nous engage à être ses témoins. La manière nouvelle de regarder le monde et les personnes, manière qui vient de Lui, nous fait pénétrer plus profondément dans le mystère de la foi, qui est non seulement un ensemble d'énoncés théoriques à accueillir et à ratifier par l'intelligence, mais une expérience à assimiler, une vérité à vivre, le sel et la lumière de toute la réalité. "

Marcher vers l'étoile et s'avancer vers le large en eaux profondes ne reviendrait-il pas à aller au bout de soi-même ? Jésus nous dit que le sel a pour nature de saler la nourriture; s'il ne sale plus, on le jette aux ordures. Il en va de même pour l'eau qui nettoie, abreuve et fertilise, pour le feu qui éclaire et réchauffe… Et la lumière que nous portons, nous l'avons reçue du Christ, la vraie source de clarté pour l'humanité. Comme les serviteurs de la parabole des talents, nous avons à faire grandir et à partager le trésor de lumière à nous confié. Si, au terme de mon âge, je parviens seul face au Seigneur, il s'informera du sort de tous ces gens, prisonniers des ténèbres de l'ignorance et victimes de l'illusion ou du mensonge, qui auront croisé ma route et partagé mon existence… Par contre, si j'entraîne à ma suite cinq, vingt ou cent frères et soeurs arrachés à leur nuit, alors j'aurai tout simplement été fidèle à mon baptême et à ma vocation de prêtre, prophète et roi en union à Jésus, l'unique Sauveur et Seigneur. Quelle belle et grande fête s'ouvrira dès lors !

Dans la lumière du Christ, passez de belles fêtes ! Joyeux Noël !

Paul-Émile Vignola, prêtre.
Répondant diocésain.



INDEX de « VOUS SEREZ MES TÉMOINS ! »
RENOUVEAU | RECHERCHER | INDEX | ACCUEIL

© 2005-2007 , Diocèse de Rimouski. Tous droits réservés.