Abbé CHARLES-AIMÉ LANGLOIS
(1920-2007)

L'abbé Charles-Aimé Langlois est décédé à l'Hôpital régional de Rimouski le mercredi 8 août 2007, à l'âge de 84 ans et sept mois. Il avait été admis dans cette institution pour une intervention chirurgicale le vendredi précédent, intervention à l'issue de laquelle son état s'est détérioré jusqu'à son départ cinq jours plus tard. Ses funérailles ont été célébrées le vendredi 10 août à la cathédrale de Rimouski. L'archevêque de Rimouski, Mgr Bertrand Blanchet, a présidé la concélébration à laquelle prenaient part l'archevêque émérite, Mgr Gilles Ouellet, et plusieurs prêtres du diocèse. La dépouille mortelle a ensuite été conduite au cimetière de Saint-Eusèbe pour y être inhumée. L'abbé Langlois laisse dans le deuil sa soeur Marie-Claire, sa belle-soeur Colette Nadeau (feu Roger Langlois), ses neveux et nièces, ses amis ainsi que ses confrères du clergé diocésain.

Né le 9 décembre 1922 à Saint-Eusèbe, il est le fils de feu Paul Langlois, fromager, et de feu Dorilda St-Pierre. Il fait ses études classiques au Petit Séminaire de Rimouski (1939-1947) et ses études théologiques au Grand Séminaire de Rimouski (1947-1951). Il est ordonné prêtre le 1er juillet 1951 à Saint-Eusèbe par Mgr Charles-Eugène Parent.

Charles-Aimé Langlois est d'abord régent et professeur à l'École de commerce de Rimouski en 1951-1952, puis vicaire à Sainte-Angèle-de-Mérici (1952-1953), à Squatec (1953-1960), à Saint-Léon-le-Grand (1960-1962), au Très-Saint-Rédempteur de Matane (1962-1965) et à Saint-Louis-du-Ha! Ha! (1965-1966). Il devient desservant de Saint-Nil de 1966 à 1969, puis curé du Bon-Pasteur de Matane (1969-1974), de Saint-Léon-le-Grand (1974-1982) – où il travaille à la construction d'un nouveau presbytère (1980) –, et de Sainte-Jeanne-d'Arc (1982-1991). De 1985 à 1992, il fournit une assistance spirituelle aux membres de l'Ambulance Saint-Jean de la région (Sainte-Anne-des-Monts à Rivière-du-Loup). En 1991-1992, il est animateur de pastorale au Centre d'accueil de la Vallée et chapelain de la maison mère des Servantes de Notre-Dame, Reine du Clergé, à Lac-au-Saumon. Durant sa carrière sacerdotale, il a suivi des études en théologie et en liturgie lors de cours d'été à Rimouski, Québec et Montréal. Il prend sa retraite en 1992 et demeure à la Résidence Lionel-Roy de Rimouski. En 1998, il a été nommé frère servant de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem.

Dans l'homélie des funérailles, Mgr Blanchet a repris les paroles du Christ dans l'Évangile, en qualifiant le défunt de « serviteur bon et fidèle » : « Bon et fidèle car c'était un homme consciencieux, qui avait un sens profond de son devoir envers Dieu et envers les personnes dont il avait la charge pastorale. Il était également soucieux de demeurer en communion avec son évêque. » Dans ces différentes formes de service, l'abbé Langlois aura fait l'offrande de sa vie, offrande d'autant plus méritoire qu'elle s'accompagnait d'une grande fragilité émotive.

Sylvain Gosselin, Archiviste
En chantier, no 40, 15 septembre 2007, p. 19.


Voir l'avis de décès publié dans les journaux :

L'AVANTAGE votre journal, 10 août 2007, p. B22.


Le Soleil, jeudi 9 août 2007, p. 46.




© 1999-, Archidiocèse de Rimouski. Tous droits réservés. Reproduction interdite.