CONSEIL PRESBYTÉRAL
DU DIOCÈSE DE RIMOUSKI

ÉCHOS DU CPR 2010

18-01-2010 (no 204) 26-04-2010 (no 206) 18-10-2010 (no 208)
29-11-2010 (no 209) Année 2009 Année 2011

Les réunions du 08-03-2010 (no 205) et du 06-06-2010 (no 207) n'ont pas fait l'objet d'un résumé.


204e réunion du Conseil presbytéral
tenue à Rimouski le 18 janvier 2010,
de 9h30 à 16h00.

204-1. LE SÉISME DU 12 JANVIER EN HAÏTI

Selon les nouvelles des communautés religieuses présentes dans le diocèse, tous leurs membres en Haïti semblent saufs. Notre confrère, l'abbé Adrien Édouard, membre du CPR et originaire d'Haïti, a perdu des membres de sa famille dans ce désastre. Nous compatissons avec lui.

Les médias locaux ont accordé un intérêt remarquable à la diffusion des informations. Mgr Fournier a donné quelques entrevues, ce qui a permis de sensibiliser davantage la population à cette catastrophe. Une collecte a été faite, ou se fera, dans les églises paroissiales pour venir en aide aux Haïtiens. Les gens sont très généreux. L'argent recueilli sera versé à l'organisme de l'Église catholique canadienne Développement et Paix qui agit par l'entremise de Caritas Haïti.

204-2. RÔLE DU DÉLÉGUÉ PASTORAL EN PAROISSE

Cette question a été étudiée par l'abbé Guy Lagacé qui propose de bannir l'expression « délégué pastoral » qui est impropre, étant donné que cette personne n'est aucunement déléguée, et de lui préférer celle de « personne-relais » qui correspond davantage à ses fonctions.

La personne-relais n'est pas un chef de communauté, car cette tâche est celle du prêtre responsable la paroisse. Bien qu'elle doive exercer un certain leadership, la personne-relais a plutôt un rôle d'animation et, surtout, de lien entre la communauté locale et le pasteur ou l'équipe pastorale mandatée qui, eux, sont les véritables responsables de la communauté. Le rôle de la personne-relais est complètement différent de celui du laïc décrit au canon 517, § 2, lequel participe à l'exercice de la charge pastorale de la paroisse en vertu d'un mandat de l'évêque. La personne-relais n'est pas mandatée et n'a pas cette fonction; elle a une mission, mais non un pouvoir. Elle est plutôt désignée par le pasteur ou l'équipe pastorale après une phase de consultation du milieu et une étape de discernement. La personne-relais coordonne l'équipe locale formée des responsables de volets. Ses tâches et son statut sont précisés par le pasteur ou l'équipe pastorale en fonction des besoins du milieu.

La personne-relais doit aider sa communauté chrétienne locale à passer du stade d'une communauté qui se fait entretenir à celle d'une communauté agissante et en service dans son milieu. Il faut que les fidèles se prennent en main, car les prêtres ne peuvent plus tout faire.

204-3. RÉFLEXION SUR LA SPÉCIFICITÉ DU CPR VERSUS LE CDP

Le Conseil diocésain de pastorale (CDP) est principalement formé de laïcs dont la tâche est de donner à l'évêque l'image de ce qui se passe dans la vie du diocèse, de manière à ce que les orientations pastorales correspondent aux besoins. Il lit les signes des temps. Toutes les réunions du CDP doivent permettre à ses membres de s'exprimer sur la vie du diocèse et de ses communautés locales. Comme il est le reflet de ce qui se vit sur le terrain, à la base, il doit être composé de fidèles « connectés » au vécu.

Quant au Conseil presbytéral de Rimouski (CPR), composé uniquement de prêtres qui apportent leur soutien à l'évêque dans le gouvernement du diocèse, il reçoit les signaux envoyés par le CDP pour voir comment y répondre et organiser l'action pastorale en conséquence.

Les deux conseils sont aussi importants l'un que l'autre et ils traitent souvent des mêmes questions, mais sous des angles différents.

204-4. MARIAGES INVALIDES

Le 15 décembre 2009, le pape Benoît XVI a publié une lettre apostolique en forme de motu proprio intitulée « Omnium in mentem » apportant des variations au Code de Droit Canonique. Elle entrera en vigueur trois mois après sa publication (canon 8, §2), soit le 15 mars 2010. Elle apporte deux précisions relatives aux diacres et aux mariages « mixtes ».

Est désormais invalide le mariage des personnes qui ont quitté l'Église catholique puis qui ont contracté, par après, un mariage dans une autre confession religieuse sans avoir demandé une dispense de la forme canonique du mariage à l'Église catholique. C'est un retour à l'ancienne discipline d'avant le Code de 1983, lequel avait rendu ces mariages valides.

La notion d'acte formel pour abandonner l'Église a été retirée du code, car il n'y a pas de droit objectif à quitter l'Église : tout baptisé qui, au cours de sa vie, a été catholique, ne serait-ce que l'espace d'un instant soit par son baptême, soit par son adhésion à l'Église catholique, est lié jusqu'à sa mort par la forme canonique du mariage, même s'il apostasie sa foi.

Ce changement à la discipline du mariage pour les catholiques ayant abandonné l'Église est motivé par le fait qu'il est difficile d'évaluer l'authenticité et la véracité de « l'abandon formel de l'Église » dans le cas des personnes qui posent ce geste pour des raisons fiscales, par exemple pour ne pas payer d'impôt à des fins ecclésiastiques comme en Autriche ou en Allemagne, et parce que la validité des mariages hors de l'Église entraînait toute une série de complications dans les tribunaux ecclésiastiques devant les déclarer nuls.

Cette nouvelle discipline rend aussi plus facile le retour des baptisés qui désirent vivement contracter un nouveau mariage canonique après l'échec du précédent. Elle s'applique principalement dans le cas des personnes qui ont fait défection de l'Église catholique, qui se sont ensuite mariées hors de l'Église catholique, qui ont divorcé et qui reviennent au sein de l'Église catholique avec l'intention de se remarier à l'église.

En pratique, cela signifie que :

1. pour les catholiques qui se sont mariés hors de l'Église après avoir abandonné celle-ci, et avant la promulgation du Code de 1983, le 27 novembre 1983, le mariage est invalide s'il n'y a pas eu dispense de la forme canonique octroyée par l'Église catholique avant le mariage (c'est la discipline traditionnelle); si ce mariage se conclut par un divorce, ils peuvent donc librement se remarier à l'Église catholique après l'avoir réintégrée;
2. pour les catholiques qui se sont mariés hors de l'Église après avoir abandonné celle-ci, entre le 27 novembre 1983 et le 14 mars 2010, le mariage est valide; ils ne peuvent donc pas se remarier au sein de l'Église catholique sans que leur premier mariage ait été déclaré nul par un tribunal ecclésiastique catholique;
3. pour les catholiques qui vont se marier hors de l'Église, après avoir abandonné celle-ci, à partir du 15 mars 2010, le mariage est invalide s'il n'y a pas eu dispense de la forme canonique octroyée par l'Église catholique avant le mariage (retour à la discipline traditionnelle); si ce mariage se conclut par un divorce, ils pourraient donc se remarier librement à l'Église catholique après l'avoir réintégrée.

Il nous faut tenir compte de tout cela lorsque nous rencontrons un couple pour un mariage et que l'un des conjoints est un catholique qui a un jour abandonné l'Église, qui s'est marié hors de l'Église, qui a divorcé et qui veut maintenant revenir à l'Église catholique pour se remarier. En cas de doute, on consulte la chancellerie diocésaine.

Plus de détails : http://www.zenit.org/article-22981?l=french

Yves-Marie Mélançon, prêtre
secrétaire du CPR
19 janvier 2010


206e réunion du Conseil presbytéral
tenue à Rimouski le 26 avril 2010,
de 9h30 à 16h00.

206-1. LES PRATIQUES FUNÉRAIRES DANS NOTRE DIOCÈSE

Le Conseil presbytéral a été appelé à faire l'évaluation de nos pratiques funéraires à partir de notre vécu et à réviser le décret diocésain les concernant.

Il y a beaucoup de changements dans les rites funéraires de la société et cela survient rapidement. Où nous situons-nous face à tout cela? Doit-on s'y adapter? Nous ne sommes désormais que des acteurs parmi tant d'autres et nous offrons un type particulier de services à travers la gamme de tout ce qui est rendu disponible comme rites funéraires dans la société. Nous devons garder notre spécificité, notre propre rituel, le présenter, l'expliquer, et ce sans compromis.

Dans le choix des rites funéraires, il faut nous centrer sur les besoins des personnes, des familles, car ce sont elles qui honorent leurs défunts; il nous faut respecter leur droit de parole et les accompagner dans leur deuil. Nous offrons la dimension chrétienne à ceux qui en veulent. Les funérailles demeurent une occasion privilégiée d'évangélisation. C'est même un des grands enjeux missionnaires d'aujourd'hui. Nous devons rejoindre les gens dans leur vécu.

Nous constatons qu'en milieu rural, les funérailles à l'église sont encore traditionnelles et majoritaires. En milieu urbain, comme à Rimouski, cela évolue différemment. Nous constatons aussi un changement de culture qui constitue un problème important: bien des gens ne prennent plus le temps de vivre leur deuil. Il s'ensuit des séquelles psychologiques inévitables.

Le Conseil presbytéral a ensuite procédé à la révision du décret sur les funérailles. Les différents articles ont été relus et des suggestions de modifications ont été faites à Mgr Pierre-André Fournier. Le décret corrigé sera ensuite rapporté au Conseil presbytéral lors de la prochaine réunion de septembre 2010 pour y être entériné avant sa promulgation par Mgr Fournier. Le nouveau décret sera alors disponible sur notre site Web.

206-2. MESSAGE DU 1er MAI DE L'ASSEMBLÉE DES
        ÉVÊQUES CATHOLIQUES DU QUÉBEC

Le message peut être remis sous la forme d'une carte de bonne fête pour les travailleurs. On souhaite qu'il soit donné au plus grand nombre de travailleurs à l'occasion du 1er mai. On peut le distribuer dans les milieux de travail, aux messes dominicales, etc.

Le message rappelle que le travail est un droit fondamental et aussi un devoir, qu'il doit favoriser l'épanouissement de la personne. On ne doit pas accepter le fatalisme du chômage. Avant de mettre à pieds des travailleurs, les Évêques demandent de faire preuve de créativité et de tout mettre en oeuvre pour essayer d'abord de sauvegarder les emplois.

206-3. COMITÉ D'ACTION SUR LA PAROLE DE DIEU

Mis en place à la demande de Mgr Pierre-André Fournier, il se compose de Sr Ida Côté r.s.r., de Mmes Anne-Marie Hudon et Wendy Paradis, de M. Claude Morin et de l'abbé Jean-François Mélançon, responsable du comité. Ce comité relève directement du bureau de l'évêque.

Sa tâche est grande et ambitieuse: relancer l'évangélisation à partir de la Parole de Dieu au coeur de nos vies. Son travail actuel consiste d'abord à se donner des objectifs d'évangélisation en vue de conscientiser l'Église diocésaine sur l'importance de lire et de partager la Parole de Dieu, tout cela devant aboutir à une action concrète sur un horizon de trois ans. Il va présenter son projet lors du prochain Carrefour diocésain du 28 août 2010.

206-4. LETTRE DE MISSION POUR LES DIACRES PERMANENTS

Mgr Pierre-André Fournier prépare une lettre de mission qui sera bientôt envoyée à chaque diacre permanent. Elle va préciser à quelle communauté chrétienne ou secteur pastoral est rattaché le diacre, les tâches qu'il y assume, où on lui demande d'agir; en d'autres mots: sa mission. Elle précisera aussi si le diacre fait ou non partie d'une équipe pastorale. Dans les faits, elle constituera une confirmation de la mission ecclésiale spécifique déjà assumée par chaque diacre permanent.

Yves-Marie Mélançon, prêtre
secrétaire du CPR
27 avril 2010


208e réunion du Conseil presbytéral
tenue à Rimouski le 18 octobre 2010,
de 9h30 à 16h00.

208-1. COMPOSITION DU CPR

Pour l'année 2010-2011, le CPR se compose des membres suivants: Mgr Pierre-André Fournier (président), MM. les abbés Benoît Hins (vicaire général), Jacques Tremblay (vicaire épiscopal à l'administration diocésaine), Yves-Marie Mélançon (secrétaire, chancelier et vicaire épiscopal aux affaires de la chancellerie), René DesRosiers (animateur), Jacques-Daniel Boucher, Raynald Brillant, Jacques-Yvon Côté, Gilles Frigon, ofm cap., Claude Heppell, Guy Lagacé, Normand Lamarre, Marc-André Lavoie, Arthur Leclerc, Jean-François Mélançon, Yves Pelletier, Adrien Tremblay ainsi que Mme Wendy Paradis (directrice à la pastorale d'ensemble) à titre d'invitée permanente.

208-2. RÉSIDENCE LIONEL-ROY

La Résidence Lionel-Roy, pour les prêtres retraités, est la propriété de L'Oeuvre Langevin. Le Conseil de cette corporation diocésaine a étudié attentivement la situation financière de la Résidence et il a proposé des solutions aux problèmes encourus à Mgr Pierre-André Fournier qui aura à dire le dernier mot dans cette affaire. Celui-ci sollicite l'avis du CPR en regard des propositions du Conseil d'administration de L'Oeuvre Langevin. C'est à l'unanimité que les membres du Conseil presbytéral appuient les propositions faites. Les démarches vont se poursuivre dans les tout prochains mois afin de trouver la meilleure solution pour l'avenir de la Résidence et de ses résidents.

208-3. HUITIÈME JOURNÉE PROFESSIONNELLE

Elle aura lieu le lundi 22 novembre 2010, au Grand Séminaire, et s'adressera aux prêtres en paroisse qui sont actuellement curés, administrateurs paroissiaux, modérateurs ou membres d'équipes. Thème: "Prêtre au service des paroisses pour combien de temps? Pour qui? Comment?"

208-4. ABUS SEXUELS SUR LES MINEURS

Nous reconnaissons sans hésiter que les situations d'abus sur des enfants portées à l'attention du public et des fidèles nous blessent autant qu'eux. Dans un effort pour contrer ces abus, le service de Formation à la vie chrétienne du diocèse a publié un Guide de déontologie pour ses intervenants. Également, le diocèse est à finaliser son Code d'éthique des adultes en situation d'autorité envers les mineurs dans le cadre des activités de l'Église. Il sera également disponible sur le site Internet du diocèse dès sa publication.

Yves-Marie Mélançon, prêtre
secrétaire du CPR
25 octobre 2010


209e réunion du Conseil presbytéral
tenue à Rimouski le 29 novembre 2010,
de 9h30 à 16h00.

209-1. ÉVALUATION DE LA 8e JOURNÉE PROFESSIONNELLE DU 22 NOVEMBRE 2010

Elle était destinée particulièrement aux prêtres en service pastoral actif en paroisse. L'évaluation de cette journée a été très positive. Nous demandons de donner suite à cette journée professionnelle par une autre cet hiver. Elle portera sur les recommandations faites par les équipes de travail et qui traitaient de questions d'organisation (les chefs de communauté et la gestion des édifices) et du leadership pastoral des prêtres dans le contexte actuel.

Nous apprécierions avoir un document-guide pour orienter les décisions de réparer ou vendre des églises et de conserver ou dissoudre des fabriques. Nous avons également besoin d'une compilation diocésaine de ce qui se fait déjà et où l'on s'en va avec nos églises, de manière à pouvoir faire le point dans chaque milieu et prendre des orientations et des décisions pour l'avenir. Nous constatons que notre destin est le même que celui des municipalités. Il nous faut donc travailler conjointement. Il faut avancer en impliquant le plus de gens possible pour assurer le succès de ce que nous entreprenons.

Nous recommandons finalement la tenue d'une journée professionnelle du même type, cet hiver, spécifiquement pour les prêtres en service pastoral autre que la paroisse, pour qu'ils puissent faire également une réflexion sur leur avenir et celui de l'Église diocésaine.

209-2. PROJET DE REVITALISATION DES COMMUNAUTÉS

Mme Wendy Paradis procède d'abord à un rapport d'étape. Le projet a débuté en décembre 2009. C'est un service d'accompagnement des communautés. Le secteur de Trois-Pistoles constitue le projet pilote. Il se réalise aussi, actuellement, dans les secteurs de Saint-Jean-de-Dieu, Dégelis et Sayabec; Mont-Joli commencera en 2011. Le projet vise à sensibiliser et habiliter les communautés chrétiennes à se prendre en charge. La tenue d'assemblées de paroisses veut faire prendre conscience aux communautés de qui se passe actuellement. On cherche à mettre en place des équipes locales d'animation pastorale.

Les membres du CPR se demandent si les gens veulent continuer à faire comme cela était auparavant ou s'ils ont le désir de changer des choses. Il y en a qui espèrent certainement le statu quo. D'autres voient que l'on amorce un inévitable changement de cap. Le défi est de ne pas retomber dans l'ancien modèle de fonctionnement. C'est aux fidèles de se prendre en main s'ils veulent que leur église locale continue, que leur communauté survive. Il leur faut faire la vérité sur leur situation.

209-3. SUIVI AU CARREFOUR (COMITÉ D'ACTION SUR LA PAROLE DE DIEU)

M. Jean-François Mélançon fait le point sur le travail du Comité d'action sur la Parole de Dieu. Il nous parle de la lettre (envoyée le 1er novembre aux membres des équipes pastorales) qui traite de la mission, des objectifs et de la méthode de travail du comité. Il fait une analyse de la situation actuelle, il base son message sur la Croix, qui est résurrection et vie, et sur la Résurrection, qui est passion et mort. Le comité animera les carrefours 2011 et 2012. Celui de 2011 proposera, en abrégé, une démarche qui pourra être reprise dans les secteurs.

Le comité ne fera pas de la Parole de Dieu une priorité diocésaine particulière, car elle est LA priorité en tout temps. Il mettra plutôt au point une démarche que les communautés chrétiennes pourront utiliser par la suite. Il veut faire en sorte que les personnes puissent rencontrer Jésus ressuscité, que sa Parole soit diffusée et que chaque baptisé soit un évangélisateur à sa manière et dans son milieu. L'essentiel de notre prédication et de notre témoignage doit être le mystère pascal.

Le comité ne monopolise ni n'épuise tous les moyens d'évangélisation, mais il veut favoriser une prise de conscience et permettre un regard lucide. Dans notre monde agité, à la course, comment faire rencontrer Jésus aux personnes? Le comité soutient donc tout ce qui se fait et se vit par ailleurs dans le diocèse; il n'agit pas en parallèle, mais en concertation avec les autres actions entreprises.

209-4. COMITÉ DES NOMINATIONS

Au comité des nominations formé de Mgr Pierre-André Fournier, M. Benoît Hins, v.g., Mme Wendy Paradis, directrice à la pastorale d'ensemble, et M. Arthur Leclerc, Mgr Fournier ajoute M. Jean-François Mélançon. Cette année, le comité des nominations va faire une réflexion sur sa nature, sur la revitalisation des communautés chrétiennes, sur la place des agents de pastorale et sur le rattachement des diacres aux secteurs pastoraux.

Yves-Marie Mélançon, prêtre
secrétaire du CPR
27 décembre 2010



VIE DIOCÈSE / CPR | RECHERCHER | INDEX | ACCUEIL